Donner de son vivant à ses enfants : avantages juridiques et fiscaux

Si vous avez des biens, il est préférable de faire une donation de votre vivant à vos enfants. Cela vous permettra de transmettre votre patrimoine au fil du temps tout en conservant les moyens de garantir votre indépendance financière. L’objectif est double : éviter les disputes et indivision au décès lorsque l’on a plusieurs enfants, permettre aux enfants de payer moins de frais et taxes lors de votre succession.

Donner de son vivant à ses enfants - Notaires Office
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Gmail

En présence de plusieurs enfants, il est utile voire nécessaire d’anticiper la transmission de la succession. A défaut, au décès, les enfants reçoivent ensemble la totalité des biens et se trouvent propriétaires ensemble en indivision. Cela signifie qu’ils doivent s’entendre pour la gestion mais également pour la disposition des biens reçus. Or, certains peuvent vouloir conserver les biens, là ou d’autres souhaiteraient les vendre pour récupérer des liquidités.

Donation et succession

Ces dons constituent en principe des avances sur héritage mais il est toutefois possible de spécifier dans l’acte que le geste a été consenti hors part successorale. Dans le premier cas, la donation effectuée du vivant du donateur « sera réintégrée » dans sa succession au moment de son décès, de façon à maintenir l’égalité entre les enfants. Dans le second cas, la donation viendra s’ajouter à la part que la loi réserve à chaque enfant dans l’héritage de leur parent. Il s’agira alors d’un avantage donné à l’un des enfants en plus de sa part minimum.

Comment maintenir l’égalité ou l’équité entre les enfants ?

Donner c’est anticiper sa succession. C’est aussi un moyen d’aider ses enfants lorsqu’ils en ont besoin. Il est naturellement parfaitement possible de donner d’abord à l’un des enfants qui s’installe dans la vie, puis plus tard au petit dernier qui achète un appartement. A terme, lors du décès des parents, les enfants auront donc des comptes à faire entre eux pour vérifier que les donations reçues soient égalitaires. C’est là que les prévisions initiales peuvent être faussées.

Exemple : J’ai donné 200.000 € à ma fille qui investit cette somme dans l’achat de sa maison dont le prix est de 400.000 € frais inclus. Quelques temps plus tard, je donne à mon fils la même somme de 200.000 €. Il ne l’a pas spécialement affecté pour l’instant. A mon décès, les comptes seront faits : la maison de ma fille vaut désormais 800.000 € compte tenu de son bon emplacement. Mon fils a conservé la somme de 200.000 € sur un compte peu rémunérateur. La somme de 200.000 € donnée à ma fille est devenue 400.000 € (50% de 400.000 € devenus 800.000 €) et celle de mon fils est restée de 200.000 €. Total = 400.000 € +200.000 € = 600.000 €/2 = 300.000 €. Ma fille devrait donc verser 100.000 € à son frère pour reconstituer l’égalité.

Afin d’éviter cette situation il est possible de stabiliser la transmission au moyen d’une donation-partage. Je donne en même temps à chacun des enfants la même somme de 200.000 € et cela fixe la valeur quelle que soit l’utilisation que chacun d’eux en fera.

Comment améliorer la fiscalité de la transmission ?           

Dans le cadre des donations, il existe différents abattements possibles, qui dépendent du lien de parenté entre le défunt et son ayant-droit. Depuis 2012, chaque parent peut choisir de donner des biens propres, acquis avant le mariage, reçus par donation ou en héritage. Il a aussi la possibilité de donner avec son conjoint des biens détenus en commun. Les enfants bénéficient alors de deux abattements de 100 000 €. Chaque enfant peut donc recevoir, tous les quinze ans, 200 000 € en franchise d’impôt. Il est évidemment toujours possible de donner plus de 100.000 € à chacun des enfants. Au-delà de ce seuil s’appliqueront des taxes dont la moyenne se situe à environ 20 %.

La donation exonérée de 100 000 € peut être complétée par un « don familial » de 31 865 € qui échappe également à toute taxation. Cette franchise de droits se renouvelle également tous les 15 ans. Contrairement aux donations classiques (qui ne portent pas seulement sur une somme d’argent), ce don familial est soumis à une condition d’âge : le donateur doit avoir moins de 80 ans et le bénéficiaire au moins 18 ans. Au total, chaque enfant peut donc recevoir jusqu’à 263 730 € tous les 15 sans rien devoir aux impôts.

Enfin, pour organiser sa succession, il est aussi fiscalement avantageux de faire une donation d’une maison ou d’un appartement à ses enfants. Pour cela, le bien immobilier est « divisé » en deux parties : la nue-propriété et l’usufruit. Ce démembrement est intéressant, notamment si on anticipe tôt. En effet, comme le précise Me Geneviève Saez, notaire chez Notaires Office : « Les droits de donations ne sont calculés que sur la valeur de la nue-propriété du bien. Celle-ci est déterminée par un barème des impôts qui tient compte de l’âge de l’usufruitier (parents). »

A RETENIR : il est conseillé d’anticiper sa succession le plus tôt possible et donc de donner de son vivant à ses enfants, en profitant des différents abattements qui se renouvellent tous les 15 ans. Spécialiste du droit de la famille et du droit immobilier, votre notaire pourra vous conseiller également sur les opérations de démembrement, entre la donation simple et la donation-partage. Cette stratégie permettra d’optimiser tant l’équité entre les enfants que la charge des frais et taxes à supporter.

L'équipe rédactionnelle de Notaires Office

Les articles sont rédigés sous l’égide de la Commission communication de la coopérative Notaire Office

Autres articles pouvant vous intéresser

Don manuel : mode d’emploi et limites

Don manuel : mode d’emploi et limites

Avec votre mari, vous venez d’acheter un petit garage qui jouxte votre maison pour l’aménager en chambre d’amis. Vos parents ont proposé de vous aider en vous donnant 30 000 €. L’opération peut prendre la forme d’un don manuel qui n’exige aucun formalisme particulier...

lire plus
Cession d’un droit au bail commercial

Cession d’un droit au bail commercial

Un de vos amis possède une bijouterie qui ne fonctionne pas très bien. Comme vous êtes entrepreneur, il vous a demandé conseil sur la vente éventuelle de son commerce. Vous avez consulté votre notaire à ce sujet, pour savoir si votre ami ne devrait pas vendre son...

lire plus
VEFA et garantie financière d’achèvement

VEFA et garantie financière d’achèvement

Actuellement, vous vous interrogez avec votre conjoint pour acheter un appartement. Peu bricoleur, il serait plus partant pour investir dans du neuf, mais cela vous effraie un peu. Vous craignez d’acheter sur plan en VEFA ou que le promoteur fasse faillite pendant les...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This