Succession : peut-on déshériter son enfant ?

  1. Accueil
  2. Le droit décrypté
  3. Famille
  4. Succession : peut-on déshériter son enfant ?

Vous êtes fâché avec vos parents depuis plusieurs années et vous avez peur qu’ils vous déshéritent. Pourtant, la loi exige que vous receviez la moitié de l’héritage, quel que soit le testament. Mais des dispositifs permettent de contourner la loi pour avantager des héritiers, au détriment d’autres.

En droit français, si le défunt avait sa résidence principale en France, alors il est impossible de déshériter ses enfants.

C’est quoi la réserve héréditaire et la quotité disponible ?

En France, lors d’une succession, deux éléments entrent en jeu : la réserve héréditaire, qui appartient aux enfants et qu’on ne peut pas toucher ; la quotité disponible, fraction qui appartient au défunt et dont il fait ce qu’il veut.

Même si un testament rédigé par les parents vient favoriser un enfant plus qu’un autre, cet écrit ne peut pas toucher à la dévolution légale. Ainsi, la réserve héréditaire évolue en fonction du nombre d’enfants :

  • 1 enfant : 1/2 de l’héritage
  • 2 enfants : 1/3 de l’héritage par enfant
  • 3 enfants : 1/4 de l’héritage par enfant.

Exemple : Madame Saiphini a 2 enfants et possède un patrimoine de 300 000 €. A son décès, chacun des enfants recevra 100 000 €, ce qui correspond à la réserve héréditaire. A cela, il reste 100 000 € de quotité disponible. Madame Saiphini peut, si elle souhaite, transmettre cette somme à qui elle veut dans le cadre d’un testament.

Comment avantager un enfant plutôt qu’un autre dans sa succession ?

Même si la loi exige que chaque enfant doive obtenir sa part de l’héritage, il est toutefois possible d’en désavantager un au profit d’un autre. Pour cela, il suffit d’anticiper votre succession et de jouer sur la quotité disponible dont vous êtes libre de vos choix. Vous pourrez attribuer cette fraction à un autre enfant ou à un tiers que vous désignerez comme bénéficiaire au sein de votre testament. Même si légalement, il n’est pas possible de déshériter un de ses enfants, certaines stratégies sont mises en place.

A RETENIR : même si votre souhait est de déshériter votre enfant, le notaire est présent pour comprendre les raisons de votre choix, vous conseiller sur votre décision qui sera irréversible. Rapprochez-vous de votre notaire qui saura vous guider pour faire le bon choix.

Envie d’en savoir plus à ce sujet ?
Besoin de conseils et d’être accompagné.e ?

L'équipe rédactionnelle de Notaires Office

Les articles sont rédigés sous l'égide de la Commission Communication de la coopérative Notaire Office.

Autres articles pouvant vous intéresser

L’expatriation et ses effets méconnus

L’expatriation et ses effets méconnus

En matière de mariage et de succession, le fait de vivre à l'étranger présente des conséquences qu'il convient d'anticiper avec son notaire. Régime matrimonial à l'étranger En partant vivre à l’étranger, vous prenez le risque, si vous n’avez pas conclu de contrat de...

lire plus
La taxation du préciput au droit de partage

La taxation du préciput au droit de partage

Le préciput est le prélèvement sans indemnité d’un ou plusieurs biens communs par le survivant des époux ou l’un d’eux s’il survit. Prévu dans un contrat de mariage ou dans l’acte de changement de régime matrimonial, cet avantage matrimonial n’est pas obligatoirement...

lire plus
Héritage et transmission pour des neveux et nièces

Héritage et transmission pour des neveux et nièces

En l’absence d’enfant et de conjoint, il est possible d’avantager des neveux et nièces en prévision de sa propre succession. Des solutions existent aussi pour les aider de son vivant. Sans démarche particulière comme un testament, l’ordre naturel à l’ouverture d’une...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This